s2_yoan_sorin_fermedubuisson_ouroumov_web

Des grains de poussières sur la mer

  • Raphaël Barontini
  • Sylvia Berté
  • Julie Bessard
  • Hervé Beuze
  • Jean-François Boclé
  • Ernest Breleur
  • Alex Burke
  • Vladimir Cybil Charlier
  • Gaëlle Choisne
  • Ronald Cyrille
  • Jean-Ulrick Désert
  • Kenny Dunkan
  • Edouard Duval-Carrié
  • Adler Guerrier
  • Jean-Marc Hunt
  • Nathalie Leroy Fiévée
  • Audry Liseron-Monfils
  • Louisa Marajo
  • Ricardo Ozier-Lafontaine
  • Jérémie Paul
  • Marielle Plaisir
  • Michelle Lisa Polissaint et Najja Moon
  • Tabita Rezaire
  • Françoise Sémiramoth
  • Yoan Sorin
  • Jude Papaloko Thegenus
  • Kira Tippenhauer
  • Exposition du 03 février au 28 juillet 2024
  • Arden Sherman
Expositions ouvertes du Mercredi au Vendredi de 14h à 19h Samedi et Dimanche de 13h à 19h Visites ateliers sur rendez-vous. Tarif plein 5€ / Tarif réduit 3€ / Visites ateliers gratuit.

En rassemblant les œuvres de vingt-huit artistes issu·es de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane française et d’Haïti, l’exposition défie cette image coloniale en prenant le parti de présenter des travaux d’une densité et d’une matérialité fortes. Conçue à partir du medium de la sculpture, Des grains de poussière sur la mer met en scène plusieurs approches matérielles et conceptuelles qui témoignent des pratiques des artistes de cette région du monde tout en posant la question de savoir qui est au « centre » et qui est à la « périphérie ». Les œuvres, placées à proximité et en conversation directe les unes avec les autres, forment un réseau d’idées autour du patrimoine, de l’histoire, de l’identité, du corps social et de la politique.

« Des grains de poussière sur la mer – Sculpture contemporaine des Caraïbes françaises et d’Haïti » a été conçue par Arden Sherman (assistée de Katie Hood Morgan et Marie Vickles) pour la Hunter East Harlem Gallery du Hunter College – New York City en 2018. Elle a été rendue possible grâce au généreux soutien des services culturels de l’Ambassade de France aux États-Unis et du Hunter College. Elle a également été soutenue par les Directions des affaires culturelles de Martinique et de Guadeloupe et la Fondation FACE. En France, l’exposition est coproduite par le Hunter College, la Villa du Parc et la Ferme du Buisson, centres d’art contemporain d’intérêt national, Fræme et soutenue par le Fonds d’aide aux échanges artistiques et culturels pour les outre-mer. Pour son itération à Marseille, l’exposition bénéficie du soutien du Centre National des Arts Plastiques (CNAP).
Trier