2021 : la 13e édition

Le Printemps de l’Art Contemporain réunit cette année, du 13 mai au 13 juin, 100 expositions, performances ou installations : d’Arles à La Ciotat, de Marseille à Istres, d’Aix-en-Provence à Port de Bouc, de Rognes à Aubagne, cette édition sera encore portée par le souffle chaud qui caractérise la scène artistique du Sud. Le festival intègre plus que jamais l’art contemporain à nos paysages, pour créer la surprise aux Goudes, sur le bac de Barcarin, dans les jardins à la française du Pavillon Vendôme, sur le rocher du Mugel ou dans les anciens abattoirs de l’Estaque.

Un festival en plein air : aux côtés d’expositions dans les parcs et des marches performées, le GTA (Grand Tour de l’Art) vous donne rendez-vous chaque dimanche loin des centres villes.
Un festival en pleine ville : chaque samedi, notre médiateur vous guide à pied à l’occasion de visites commentées dans une sélection de lieux à Marseille, Aix-en-Provence ou Arles.
Un festival en plein élan : les artistes et les lieux partagent cet incessant désir de récolte, pour qu’après l’hiver du mécontentement et des saisons d’incertitudes pesant sur nos métiers, vienne enfin l’abondance.

Concept

Dès sa première édition en 2009, le Printemps de l’Art Contemporain réunit les expositions, performances, événements et installations de tous les membres du réseau, rejoints à cette occasion par une programmation associée : la diversité des propositions est une marque de fabrique du PAC.
Le public peut prendre part à des événements exceptionnels dans l’espace public ou dans des lieux étonnants qui se visitent alors sous un regard nouveau.
Si le festival donne la part belle aux artistes d’ici, la création internationale y occupe une place importante.
Les artistes ont ainsi l’occasion de montrer leurs travaux les plus récents, mais également de faire visiter leurs ateliers aux publics professionnels.
Le temps d’une promenade ou sur toute une journée, les participant·e·s peuvent ainsi découvrir plusieurs propositions réunies et présentées par notre équipe de médiation.

Ami·e·s

Membres

Éditions passées

Tant que la terre durera

  • Annabel Schenck Chatterjee
  • espace public du 13 mai au 13 juin 2021
  • dans le cadre du festival PAC

Devant nous, une structure en papier au dessin évocateur : des fragments de constructions en béton armé.
A l’arrière plan, les vestiges d’une civilisation disparue.

Pour les « collapsologues », la thèse est claire : les écosystèmes s’écroulent, la catastrophe a commencé pour l’humanité. Elle va s’accélérer.

Peut-on alors faire des rapprochements entre l’hypothétique effondrement de notre civilisation actuelle et celui de l’empire romain ?

Par une simultanéité éphémère entre ce qui est figuré par le dessin et le lieu - des ruines romaines -, ce projet tente de confronter le public à cette possibilité que le monde tel qu’il est construit aujourd’hui puisse basculer et se transformer comme s’est transformé l’empire romain.

En créant une relation entre ce qui est figuré et un lieu chargé d’histoire, ce projet incite à la réflexion et à la mise en perspective des événements de l’Histoire avec ceux de notre époque contemporaine.

En coproduction avec le centre social Tichadou
Trier
  • Quand
  • Aix-en-Provence
    Arles
    Châteauneuf-le-Rouge
    Marseille
    Rognes
  • Quoi
  • Qui