2021 : la 13e édition

Le Printemps de l’Art Contemporain réunit cette année, du 13 mai au 13 juin, 100 expositions, performances ou installations : d’Arles à La Ciotat, de Marseille à Istres, d’Aix-en-Provence à Port de Bouc, de Rognes à Aubagne, cette édition sera encore portée par le souffle chaud qui caractérise la scène artistique du Sud. Le festival intègre plus que jamais l’art contemporain à nos paysages, pour créer la surprise aux Goudes, sur le bac de Barcarin, dans les jardins à la française du Pavillon Vendôme, sur le rocher du Mugel ou dans les anciens abattoirs de l’Estaque.

Un festival en plein air : aux côtés d’expositions dans les parcs et des marches performées, le GTA (Grand Tour de l’Art) vous donne rendez-vous chaque dimanche loin des centres villes.
Un festival en pleine ville : chaque samedi, notre médiateur vous guide à pied à l’occasion de visites commentées dans une sélection de lieux à Marseille, Aix-en-Provence ou Arles.
Un festival en plein élan : les artistes et les lieux partagent cet incessant désir de récolte, pour qu’après l’hiver du mécontentement et des saisons d’incertitudes pesant sur nos métiers, vienne enfin l’abondance.

Concept

Dès sa première édition en 2009, le Printemps de l’Art Contemporain réunit les expositions, performances, événements et installations de tous les membres du réseau, rejoints à cette occasion par une programmation associée : la diversité des propositions est une marque de fabrique du PAC.
Le public peut prendre part à des événements exceptionnels dans l’espace public ou dans des lieux étonnants qui se visitent alors sous un regard nouveau.
Si le festival donne la part belle aux artistes d’ici, la création internationale y occupe une place importante.
Les artistes ont ainsi l’occasion de montrer leurs travaux les plus récents, mais également de faire visiter leurs ateliers aux publics professionnels.
Le temps d’une promenade ou sur toute une journée, les participant·e·s peuvent ainsi découvrir plusieurs propositions réunies et présentées par notre équipe de médiation.

Ami·e·s

Membres

Éditions passées

attrapenuage3_karine-debouzie_1

Carte blanche à Karine Debouzie

  • exposition du 18 mars au 06 juin 2022
  • vernissage le 26 mars 2022 à 11h
  • Christel Roy
  • dans le cadre du festival PAC
Le musée est ouvert tous les jours, sauf le mardi. Du 15 avril au 15 octobre de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18 h et du 16 octobre au 14 avril de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h. Fermetures exceptionnelles les 25 décembre, 1er janvier et 1er mai. Plein tarif : 3,70 € Gratuits pour les jeunes -26 ans, les enseignant•e•s de l’Ecole Supérieure d’art Félix Ciccolini d’Aix-en-Provence, les allocataires du RSA (justificatif datant de moins de 3 mois), les demandeurs•ses d’emploi de longue durée, les allocataires de l’aide sociale (CAF), minimum vieillesse et invalidité, les détenteurs•trices de cartes en cours de validité ICOM, ICOMOS, AGCCPF (Conservateurs), carte de presse, carte du Ministère de la Culture, carte Culture Aix-Marseille Université, carte d’invalidité, carte du CCAS d’Aix, les adhérent•e•s de l’association des Amis des Musées d’Aix, de l’association Cultures du Cœur, de l’association de la Maison des Artistes, les Guides conférenciers nationaux, internationaux et régionaux agréés, les adhérent•e•s au dispositif City Pass Aix-en-Provence. Entrée libre tous les 1ers dimanches de chaque mois. Visite commentée de l’exposition ( droit d’entée inclus) : 5€30 uniquement sur réservation Visites commentées de l’exposition Rouge Yves Schemoul les lundis à 15h et mercredis à 11h. Uniquement sur réservation au 04 42 91 88 74 Visite commentée de l’exposition Carte Blanche à Karine Debouzie tous les mercredis à 15h. uniquement sur réservation au 04 42 91 88 74.

Karine Debouzie investit les salons du Pavillon de ses différents réseaux en lien étroit avec l’architecture du lieu. La matière est prépondérante dans son approche, tant dans l’expérimentation que dans les formes qu’elle induit. Par volonté de construire elle-même ses pièces et par économie de moyens, elle a commencé à détourner des matériaux courants (latex, tissu, bâches publicitaires, cheveux, bandes magnétiques, tuyaux-drains-gaines, mousse, PVC, lumière…).Dans ses réalisations, il a été rapidement question de mise en espace, de perception, d’échelles. En passant au volume, l’abstraction a pris corps pour devenir interrogation sur les notions d’organique, de vivant, d’entropie et par la suite sur le mouvement.
Vernissage dans le cadre du week-end inaugural de la Biennale samedi 26 mars à 11h.

Trier
  • Quand
  • Aix-en-Provence
    Marseille
  • Quoi
  • Qui